Assurance de pret et Pret immobilier

  

mercredi 23 janvier 2013

Assurance prévoyance : qu'en pensent les Français ?


Un sondage réalisé par Generali en partenariat du cabinet TNS Sofres ne laisse poindre aucun doute sur l'intérêt des Français pour l'assurance prévoyance. Seul point négatif, très peu d'entre eux ont accès à cette protection.

La prévoyance reste une priorité pour les Français

Generali s'est prêté récemment au jeu des évaluations, des rétrospectives annuelles pour évaluer l'attrait des contrats de prévoyance auprès des Français. L'assureur s'est associé avec le bureau d'études TNS Sofres et quelque 959 individus choisis selon des critères bien définis. Les résultats de l'enquête ne surprennent guère les professionnels de l'assurance. Sur l'ensemble des personnes interrogées, la majorité reconnaît l'importance vitale de la garantie prévoyance. Cette couverture essentielle paraît « importante » selon 84 % des sondés. 34 % d'entre eux estiment même que le contrat d'assurance contre les coups durs est « indispensable ».

Le compte-rendu de l'étude laisse toutefois apparaître une « surprise », qui n'en est pas vraiment une en réalité. Les seniors, les premiers visés par les contrats de prévoyance, ne sont pas les plus préoccupés par les risques d'accident, d'invalidité ou de décès. Les plus concernés semblent les familles avec des enfants à charge. Les individus du troisième âge doivent pourtant être les plus intéressés par le sujet. Certes, la logique veut qu'ils soient les plus exposés et les plus vulnérables aux incidents pouvant entraîner une dépendance certaine. La situation n'est pas pour autant anodine, ni incohérente. Le rapport met juste en évidence le sens de la responsabilité et l'anticipation des parents, qui se soucient davantage de l'avenir financier de leurs protégés en cas de coups durs.

L'assurance prévoyance, un paradoxe incompris

Malgré l'intérêt évident qu'ils portent sur l'assurance prévoyance, les Français ne bénéficient pas du même traitement concernant l'assurance prévoyance. La moitié des personnes interrogées déclare ne pas avoir de garantie prévoyance à titre individuel, un chiffre décevant au regard des sommes investies dans la sensibilisation par les groupements d'assureurs et de mutuelles. Force est toutefois de rappeler que bon nombre de ces non-assurés se retrouvent dans cette situation bien malgré eux. Outre les 36 % qui disent ne pas avoir besoin de cette couverture, près de 35 % des sondés estiment que les primes d'assurance prévoyance sont hors de portée. 14 % connaissent peu ou prou les risques qu'ils encourent ou les produits vendus par les assureurs.

Le chemin à parcourir reste encore long, autant pour les compagnies d'assurance que pour les assurés. Seule une poignée de familles et de foyers aux revenus suffisants peuvent prétendre à une bonne formule de couverture prévoyance, tant que les assureurs maintiennent leur niveau de primes actuel. De leur côté, les ménages en difficulté ne peuvent creuser davantage dans leur porte-monnaie, ou pire, recourir à des microcrédits de santé. Une telle alternative les mènerait directement dans une situation délicate et les obligerait à terme à constituer un dossier de surendettement pour s'en sortir.

Aucun commentaire: